Démence sénile : que faire ?

Votre proche est atteint de démence sénile et vous ne savez pas vraiment quoi faire pour l’aider à apaiser ses symptômes ? 
Dans cet article, découvrez tout ce qu’il y a à savoir au sujet de la démence. Vous pourrez également lire quelques conseils pour permettre à votre proche de se sentir mieux au quotidien et de ralentir le déclin de ses fonctions cognitives. 

Démence sénile : définition

La démence sénile touche principalement les personnes âgées de 65 ans et plus. Elle correspond à une altération progressive de leurs capacités cognitives et peut être causée par différents facteurs organiques. Autrement dit, la démence sénile apparaît car certains organes sont touchés (en particulier le cerveau)

On peut distinguer deux types de démence sénile : 

  • les démences secondaires (ou syndromes confusionnels)
    qui sont liées à un autre trouble (ex : infection urinaire) ou qui peuvent être causées par les effets secondaires d’un médicament (on parle d’effets iatrogènes). Dans ce cas, les symptômes de la démence sont temporaires.  

💡 Bon à savoir
Au 19è siècle, on utilisait le terme de “sénilité” pour décrire ces troubles cognitifs qui apparaissent chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Cependant, à cette époque, la “sénilité” était considérée comme “normale” et faisant partie du processus de vieillissement naturel. Aujourd’hui, le terme de “sénilité” n’est plus employé car les médecins se sont aperçus que ces troubles étaient en fait pathologiques, c’est-à-dire liés à une maladie. 

Quel traitement pour la démence sénile ?

Aujourd’hui, il n’existe aucun traitement qui permette de guérir complètement une démence sénile. Toutefois, il est possible de modérer l’apparition de certains symptômes (en particulier les troubles de la mémoire) grâce à 4 médicaments : 

  • le Donépézil (Aricept)
  • la Rivastigmine (Exelon)
  • la Galantamine (Reminyl)
  • et la Mémantine (Ebixa)

💡 Bon à savoir
Ces médicaments ne sont plus remboursés par la Sécurité sociale car ils peuvent avoir des effets indésirables et des interactions nocives avec certains médicaments pris par la personne âgée pour d’autres problèmes de santé. N’hésitez pas à en discuter avec le médecin traitant de votre proche pour savoir s’ils seraient adaptés à ses troubles. 


📖 À lire aussi : Les médicaments pour la mémoire des personnes âgées


Comment aider une personne atteinte de démence sénile ?

1. Favoriser le maintien à domicile le plus longtemps possible

Le maintien à domicile est fortement recommandé lorsque la personne âgée se situe à un stade léger ou à un stade modéré de la démence. Généralement, il contribue à ralentir l’apparition de troubles du comportement car la personne âgée conserve ses repères, ce qui lui permet de se sentir bien et moins anxieuse au quotidien. 

Pour assurer la sécurité de votre proche atteint de démence, il vous sera possible de mettre en place un certain nombre de solutions. Si vous n’avez pas la possibilité de lui rendre régulièrement visite, vous pourrez lui offrir une LiNote. Il s’agit d’une solution qui permettra à votre proche : 

  • de discuter avec vous en visio sans rien avoir à toucher. Vous pourrez ainsi vous assurer qu’il va bien et qu’il a une bonne hygiène de vie ; 
  • de vous appeler facilement sur votre numéro de téléphone (fixe et/ou mobile) en cas de problème (malaise, anxiété, douleur, …)
  • d’afficher une horloge-calendrier complète pour mieux se repérer dans le temps ;
  • et de recevoir des messages de rappels qui l’aideront à ne pas oublier de prendre ses médicaments ou d’aller à un rendez-vous, par exemple.

En complément, vous pourrez également engager une aide à domicile. Afin d’assurer le bien-être de votre proche, vous pourrez demander à l’aide à domicile de veiller à l’impliquer le plus possible dans ses soins. Par exemple, elle pourra lui proposer de choisir sa tenue du jour ou encore décider ce qu’il souhaite déjeuner. Pour l’aider à rester actif et autonome le plus longtemps possible, elle pourra également laisser votre proche se laver et s’habiller lui-même, même si cela prend plus de temps. 

2. Discuter avec elle dans un langage simple

Si votre proche est atteint de démence sénile, il sera très important de continuer à discuter avec lui de manière régulière pour entretenir ses capacités cognitives (comme son attention, sa réflexion, sa mémorisation, …). 
Lorsque vous vous adresserez à votre proche, vous devrez donc veiller à : 

  • parler un langage simple et posé (vous éviterez par exemple les longues phrases ou les mots sophistiqués) ;
  • ne pas lui donner un trop grand nombre d’informations à la fois ; 
  • accompagner votre parole de signes non verbaux (comme des gestes avec les mains, des intonations, …)

3. L’inscrire à des activités intellectuelles 

Pour aider votre proche à stimuler son cerveau, vous pourrez également l’inviter à participer à des activités intellectuelles de manière quotidienne comme le Sudoku, les mots croisés, le Scrabble, … Ces jeux pourront l’aider à stimuler ses neurones, à améliorer son attention, sa concentration et à  ainsi ralentir sa démence

Mais ce n’est pas tout : ces jeux lui permettront également de tisser des liens sociaux avec d’autres personnes. Comme on le sait, les activités effectuées en groupe jouent un rôle très important sur l’humeur et la réflexion. En aidant votre proche à être mieux dans sa tête, ces activités contribueront à réduire ses symptômes cognitifs


📖 A lire aussi : 20 jeux pour entretenir sa mémoire 


4. L’inscrire à une ou des activités physiques

La pratique d’une activité physique régulière (ex : marche à pied, gymnastique douce, danse, jardinage, …)  sera très utile pour ralentir l’apparition de certains symptômes de la démence sénile. 

D’un point de vue cérébral, la pratique d’une activité physique permettra à votre proche de travailler ses fonctions mentales comme sa mémoire, son attention, sa concentration mais aussi sa capacité à coordonner ses mouvements. D’ailleurs, des études scientifiques ont montré que la pratique d’une activité physique régulière (environ 30 minutes par jour) entraînait la formation de nouveaux neurones au sein du cerveau. 

Les exercices physiques permettront également à votre proche de stimuler sa circulation sanguine et réduire son risque de développer des caillots de sang pouvant être à l’origine d’une phlébite ou d’un accident vasculaire cérébral (AVC), par exemple. Comme votre proche bougera, il limitera également son risque de faire des escarres. 

Enfin, la pratique d’une activité physique lui permettra de réduire ses troubles du sommeil et d’avoir envie d’adopter une meilleure hygiène de vie : moins de consommation d’aliments gras, sucrés mais aussi de tabac ou d’alcool, par exemple. En effet, la consommation de tabac a des effets neurotoxiques sur le cerveau et sur la santé cardiovasculaire. À terme, elle peut perturber les fonctions cérébrales si les vaisseaux sanguins sont endommagés. 


📖 À lire aussi : Les activités physiques adaptées à la démence sénile


5. L’aider à adopter une bonne hygiène de vie 

Pour ralentir le déclin de ses fonctions cognitives, vous pourrez aussi veiller à ce que votre proche ait une alimentation saine. Certains aliments sont d’ailleurs très bons pour le système nerveux : 

  • les omégas 3 (comme les poissons gras, les fruits de mer, les noix) participent à l’apprentissage et à la mémorisation. Ils permettent aussi de prévenir certains troubles comme la dépression ;
  • et les antioxydants (comme les fruits rouges et les légumes verts) contribuent à lutter contre la formation de radicaux libres qui sont très toxiques pour les neurones.

Vous pourrez également veiller à ce que votre proche ne consomme pas trop de produits industriels et sucrés qui peuvent accélérer le vieillissement du cerveau. 

La qualité du sommeil de votre proche sera également très importante pour préserver son cerveau. Comme on le sait, le manque de sommeil a souvent tendance à entraîner des problèmes de concentration, une baisse de la vigilance et des difficultés de mémorisation. Pour évacuer les déchets accumulés tout au long de la journée et préserver son cerveau, il faudra donc veiller à ce qu’il dorme entre 7 à 8 heures par nuit


📖 À lire aussi : 10 conseils pour améliorer le sommeil des seniors


Quelles sont les causes de la démence sénile ?

La démence sénile peut être liée à un certain nombre de facteurs :

  • l’avancée en âge ; 
  • les antécédents familiaux ;
  • la présence d’une ou plusieurs lésions cérébrales ; 
  • un diabète ; 
  • une augmentation trop élevée du cholestérol dans le sang ; 
  • une hypertension artérielle ; 
  • un dysfonctionnement de la thyroïde ; 
  • la consommation d’alcool et/ou de tabac ; 
  • une carence en vitamine B12 ; 
  • ou encore la prise de certains médicaments. 

Quels sont les symptômes de la démence sénile ?

La démence sénile peut se caractériser par les symptômes suivants :

  • des troubles de la mémoire qui peuvent par exemple empêcher la personne âgée de se rappeler si elle a déjeuné ou non ; 
  • des troubles du langage (aphasie) provoquant des difficultés à formuler de longues phrases, à prononcer certains mots, à comprendre ce qu’on lui dit ;
  • des troubles de l’attention qui peuvent l’empêcher de se concentrer sur la réalisation d’une tâche ; 
  • des difficultés à reconnaître ses proches (agnosie)
  • des difficultés à se repérer dans le temps ou dans l’espace pouvant entraîner des tendances à se perdre dans un quartier qui lui est pourtant familier ; 
  • des difficultés à se déplacer, à s’habiller, à effectuer certains mouvements (apraxie) ;
  • des troubles de la perception qui peuvent dégrader son sens moral et entraîner des difficultés à gérer son argent de façon responsable, par exemple ;
  • et d’autres symptômes comme des troubles du sommeil, des hallucinations, des troubles du comportement (impulsivité, anxiété), une dépression, … 

💡 Bon à savoir
Ces différents symptômes ne surviennent pas forcément chez une personne atteinte de démence sénile. Généralement, ils dépendent de la forme de démence dont elle est touchée. Par exemple, les troubles de la mémoire sont très fréquents dans la maladie d’Alzheimer tandis que les hallucinations et les troubles du comportement (ex : agitation agressivité) sont plutôt liés à la démence à corps de Lewy


📖 À lire aussi : Comment gérer l’agressivité d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ?


Démence sénile : espérance de vie 

La démence sénile ne se manifeste pas du jour au lendemain : elle s’installe progressivement, sur plusieurs années, ce qui la rend difficile à différencier du vieillissement normal et à diagnostiquer. D’ailleurs, les personnes âgées qui en souffrent ont souvent tendance à être dans le déni et peuvent réussir à masquer leurs troubles mentaux pendant plusieurs années. Généralement, l’espérance de vie varie entre 8 à 12 ans à partir du diagnostic

Voici les différents stades de la démence sénile : 

  • Stade modéré
    Les symptômes deviennent de plus en plus visibles : oublis qui concernent des événements récents/des prénoms, difficultés à communiquer (ex : la personne pose sans cesse les mêmes questions), changements de comportement (ex : errance, anxiété, …), tendance à se perdre dans des endroits familiers. 
  • Stade avancé
    La personne ne parvient plus du tout à être autonome car ses symptômes sont très présents au quotidien : troubles de la mémoire importants, troubles du comportement (ex : agressivité), difficultés à reconnaître ses proches, à se déplacer, à se laver, … 

📖 À lire aussi : Espérance de vie et évolution de la maladie d’Alzheimer


A lire aussi…

Démence sénile : que faire ?